Cassis

Le littoral méditerranéen près de Cassis est bordé de falaises calcaires d’une blancheur éclatante. Quelques failles profondes, entre deux escarpements, ouvrent un passage à la mer vert émeraude.

La région méditerranéenne est un espace admirable à visiter, en conséquence, mettons-le à profit ! À “biclo” ou assis sur des “petites reines“, de très nombreux déplacements pourront être à notre disposition pour notre ravissement ! Car les chemins sont toujours signalisés et garantis de tout risque. On classifie des voies pour “biclous”, des tracés sans trafic polluants, des routes très bien tenues en état…

Une mer émeraude dans un écrin minéral

Des pins rabougris et tordus par le mistral poussent en équilibre le long des roches, leurs racines plantées tant bien que mal dans d’étroites langues de terre. Les eaux transparentes renvoient leurs reflets. Ces fjords grandioses et intimes à la fois, ce sont les calanques de Cassis, à moins de 20 kilomètres de Marseille…

Les calanques de Cassis sont un site préservé

Le massif des calanques, situé entre Marseille et le petit port de pêche coloré de Cassis, a été sauvé à temps de l’extension de la ville et d’une exploitation industrielle massive. Au XIXe siècle, des usines s’y installèrent et des carrières de pierre s’y ouvrirent. Mais dès la fin du siècle, des appels furent lancés à davantage de respect du site. Des associations de défense des calanques se sont constituées.

Les projets routiers sont détournés et les constructions limitées. En 1975 et 1976, l’ensemble des zones terrestres et maritimes des calanques ont été classées et protégées. Puis, l’État a acquis peu à peu près de 90% des terrains. Aujourd’hui, on y trouve plus de 40 espèces végétales et animales en voie de disparition. Pour limiter l’affluence touristique, les calanques ne sont accessibles que par la mer ou par des sentiers. Dans le but de compléter leur protection, un projet de parc national est à l’étude.

Un lieu de prédilection pour les peintres

Ce lieu enchanteur inspire les hommes depuis 20 000 ans. Le plongeur Henri Cosquer a découvert en 1991 une grotte sous-marine ornée de peintures et de gravures d’animaux préhistoriques, le niveau de la mer était alors plus bas de 135 mètres. Alors, depuis, ce paysage a enthousiasmé bien des peintres comme Henri Matisse, André Derain, Maurice de Vlaminck, Francis Picabia, Paul Signac…