Le casque audio et les adolescents

Les ados écoutent leurs morceaux de musique excessivement fort et trop longuement… Les études montrent que l’écoute est devenue excessive chez les ados depuis 2007 car elle a triplée en quelques années.

Pour l’Institut national de veille sanitaire (InVs), l’usage répété des casques et des écouteurs chez les 15/35 ans aurait triplé en peu de temps. L’étude apporte ce qui fait que l’écoute à des niveaux sonores trop importants, augmente les dangers et les désordres de l’ouïe chez les ados.

La musique écoutée serait excessivement trop forte et particulièrement chez les plus jeunes. C’est le constat que publie l’Institut français de la veille sanitaire. Car, en fonction de ces investigations, il ressort que la perception à des degrés acoustiques élevés et récurrents de sons trop amplifiés, sera l’une des motifs des désordres de l’ouïe.

Ce baromètre de la santé montre que 13% des ados sondés ont une utilisation habituelle et intensive d’écoute avec des écouteurs ou un casque. La longévité d’écoute semble être au minimum une heure à chaque fois et cela, quotidiennement. Le fait que cette catégorie d’âge fréquente de plus en plus les boîtes, les bars et les salles de concerts serait également un des motifs de cette manifestation de l’audition. Il en va de même pour l’acquisition de plus de plus aisée des nouvelles techniques… Et en particulier en ce qui concerne les outils d’écoute.

Des détériorations irrémédiables pour l’ouïe

L’écoute trop longue et à forte puissance, apporte effectivement des lésions inguérissables pour les oreilles de l’usager. L’étude démontre que ce seront aussi bien les hommes que les dames qui seront affectés.

Le règlement français exige des limites de puissance acoustique à 100 Db. Avec en plus des communiqués et étiquetages, pour informer et alerter l’utilisateur. L’Organisation Mondiale de la Santé a également alerté les citoyens contre les dangers encourus. Dans son étude sur les faiblesses de l’auditions et la surdité, plus d’un milliard de gens serait touché par cette faiblesse sur la planète.

Des gestes élémentaires pour diminuer les dangers de l’écoute au casque audio

A la suite de l’étude de l’OMS, il est précisé que presque 1/2 des cas de faiblesse de l’audition pourraient être écartés par de la prévention. De cette façon, il serait suffisant de façon très simple, de réduire la puissance du volume et son temps d’écoute pour préserver son audition. Il faudra de plus apprendre des automatismes au moment des rendez-vous musicaux très sonores ainsi que pour les concerts. Car, s’écarter des enceintes, ne serait-ce que de plusieurs mètres, réduirait de beaucoup les futurs risques de désordres de l’ouïe… Ainsi qu’introduire des bouchons dans les oreilles ou réaliser des interruptions toutes les ½ heures.

Lancé par l’administration, le Plan National de Santé Entourage (PNSE) aura pour objectif d’enseigner les bonnes pratiques de l’auditions… Pour mieux préserver les citoyens, et spécialement les jeunes.